Chantal Ringuet est une écrivaine et traductrice littéraire basée à Montréal.

Elle écrit de la prose et de la poésie. En parallèle, elle traduit certaines voix singulières de la littérature mondiale et de l’art moderne (dont Marc Chagall et Rachel Korn), tout en jetant quelques éclats de lumière sur l’œuvre de Leonard Cohen. Le yiddish est sa galaxie. Elle voyage entre les langues et avec chaque livre, elle construit une forêt en diaspora.

Sa démarche artistique aborde des questions de déracinement et d’enracinement, de mobilité et d’hybridité culturelle. L’archive et la photographie y occupent une place essentielle. Ses travaux récents s’intéressent à la construction des mythes et de la célébrité, aux récits (auto)biographiques et à la transmission intergénérationnelle. Entre histoire collective et mémoire familiale, l’écriture de Chantal Ringuet est porteuse d’échos, de traces et de résonances du sensible : ruines vivantes, traumas oubliés et secrets enfouis.

Écouter la voix du poème, entendre le doux frémissement des arbres et donner la parole aux subjectivités bafouées sont autant de sujets qui s’inscrivent au cœur de son travail. Elle s’intéresse particulièrement aux images floues, aux essences et aux papiers délicats. Aux fissures et aux points de lumière. Aux broderies végétales, aux lainages et aux étoffes.

Formation académique et parcours en recherche-création

Elle fait des études en lettres et philosophie, obtient une maîtrise en études littéraires, puis complète une année de doctorat en philosophie à l'Université de Montréal avant de revenir à la littérature. En parallèle, elle suit une formation clinique en psychanalyse au Québec et en France. Après avoir terminé un doctorat en études littéraires à l'UQÀM (boursière FRQSC, Mention d'honneur) et un postdoctorat sur le pluralisme culturel à Montréal et la littérature yiddish à l'Université d'Ottawa (boursière CRSH), elle fait paraître un recueil de poésie, Le sang des ruines (prix littéraire Jacques-Poirier 2010), un ouvrage de synthèse sur la culture yiddish intitulé À la découverte du Montréal yiddish (2011) et une anthologie dans laquelle elle signe plusieurs traductions, Voix yiddish de Montréal (Moebius 139, 2013). Suit un recueil de poèmes français-anglais, Under the Skin of War (2014), qui s’inspire des œuvres du photojournaliste britannique Don McCullin, ainsi que plusieurs traductions. Elle publie ensuite un recueil d’essais sur le Moyen-Orient intitulé Un pays où la terre se fragmente. Carnets de Jérusalem (2016). Avec Gérard Rabinovitch, elle co-dirige l’ouvrage collectif Les révolutions de Leonard Cohen qui remporte en 2017 un Canadian Jewish Literary Award, suivi d’un Duetto Leonard Cohen, son chanteur de prédilection. Avec Pierre Anctil, elle traduit du yiddish l’autobiographie de jeunesse de Marc Chagall (Mon univers. Autobiographie, 2017). Elle contribue à plusieurs revues, dont Les écrits, Exit, Possibles et Words Without Borders.

Boursière au YIVO, l’Institute for Jewish Research à New York (2015-2016), puis chercheuse en résidence au Hadassah-Brandeis Institute (2016) pour un projet centré sur les poètes yiddish Rachel (Rokhl) Korn et Kadya Molodowsky, elle a été également écrivaine en résidence, puis traductrice en résidence au Centre international de traduction littéraire (CITL-BILTC) du Banff Centre for Arts and Creativity (2017). À l'hiver 2019, elle a été écrivaine en résidence à l'Université Brandeis (MA). En octobre 2019, sa candidature a été retenue parmi une soixantaine d'écrivains à l'international pour inaugurer la résidence en création littéraire à Reykjavik, ville de littérature de l’UNESCO, pour son projet Treelessness/Sans toi, jusqu'à la cime des arbres.

Depuis 2020, elle est membre associée au Centre de recherche Cultures Arts Sociétés à l'UQÀM. Elle est également membre de l'Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ), de l'Association des traductrices et des traducteurs littéraires du Canada (ATTLC) et de la Quebec Writers' Federation (QWF) (membre du conseil d'administration de 2015 à 2017).

Titres récents:

Alys Robi a été formidable. Nouveau regard sur une figure d’avant-garde (Montréal, Québec Amérique, 12 octobre 2021)

Leonard Cohen dans Chanteurs poètes (Paris, Éditions Plon, coll. « Fidelio », 4 novembre 2021)